Environnement : peut-on recycler une cigarette électronique ?

Publié le : 08 novembre 20213 mins de lecture

La législation européenne interdit l’élimination des composants des cigarettes électroniques comme déchets ménagers, pour des raisons évidentes de protection de l’environnement. Ces composants peuvent être désassemblés les uns des autres afin d’être recyclés. Les fumeurs d’e-liquide bio sont également concernés par la cause écologique et environnementale. A ce stade, ils sont raisonnablement préoccupés par la question du recyclage des e-cigarettes ainsi que des flacons d’e-liquide.

Les vapoteurs amateurs !

Certains composants de la vapoteuse ou e-cigarette, hors d’usage, sont parfois considérés comme des déchets électroniques et électriques. Cela concerne notamment les batteries et les chargeurs de cigarettes électroniques. Les clearomiseurs appartiennent à la catégorie des déchets métalliques mais comportent également une partie en verre. Les composants métalliques et électriques doivent être placés dans des endroits spéciaux pour être collectés en vue de leur recyclage. Les flacons de base, une fois vidés, peuvent être soit éliminés avec leur emballage plastique en vue de leur recyclage, soit déposés dans une déchèterie.  En ce qui concerne les bouteilles en verre, lorsqu’elles sont sans nicotine, elles ont l’avantage d’être également recyclables. Dans ce cas, les parties en verre que sont le flacon et la pipette, doivent être jetées avec les déchets de verre, tandis que le bouchon en plastique va avec les déchets de plastique. Ce geste simple mais pratique est très bénéfique et important pour l’environnement.

Un désastre environnemental sans alternative !

L’expansion rapide de la consommation d’e-cigarettes, surtout chez les jeunes d’aujourd’hui, génère un nouveau problème environnemental. Les dispositifs, y compris les plastiques et les piles, deviennent une nouvelle source massive de déchets. Produites en grande quantité, sans alternative de recyclage, les e-cigarettes mettent en cause la responsabilité de leurs concepteurs. Aux États-Unis, par exemple, le niveau de consommation des cigarettes électroniques serait épidémique. En effet, près d’un lycéen sur cinq est un consommateur d’e-cigarettes.

La responsabilité du fabricant !

La responsabilité environnementale de la gestion de ces rejets n’incombe pas seulement au consommateur. De nombreuses cigarettes électroniques utilisent une certaine dosette de nicotine en plastique à usage unique. Certaines e-cigarettes sont malheureusement conçues pour un usage unique. L’industrie de l’e-cigarette ne fournit pas suffisamment d’informations au consommateur. Ainsi, environ 47 % d’entre eux soulignent que l’e-cig n’est accompagnée d’aucune notice indiquant les mesures à prendre pour éliminer ou recycler les déchets liés à sa consommation. Les ventes au détail d’e-cig ont été multipliées par cinq à un moment donné, ce qui a entraîné des phénomènes massifs de déchets.

Plan du site